Christophe Corbier

Hyper réalisme

artiste-christophe-corbier

Christophe Corbier est né à Toulouse en 1982. Il fit ses études à l’université d’arts-plastique de Toulouse et obtint son diplôme en 2006. Il a acquit son savoir-faire en matière de peinture auprès d’un mentor, l'artiste Loppo Martinez, qui le prit sous son aile pendant plusieurs années. 

Étant également musicien, Christophe commença alors un projet musical ambitieux, ayant pour but d’effectuer la synthèse entre le rock et la musique classique. Ce projet se concrétisa par la naissance d’un groupe, «Silent whale becomes a dream», et de celui d’un album, «Canopy», en 2008.

En 2010, il reprit les pinceaux, et exposa alors dans de nombreux salons. Il rejoignit ainsi le seul «Salon du Réalisme» existant en France, salon initié par le peintre Laurent Botella. Entouré d’une communauté d’artistes considérant l’art comme un métier avec l’exigence que cela implique, cette aventure dura quelques années.

Sa pratique se divise en deux périodes. La première, de 2010 à 2014, s’attaque à des problématiques picturales essentielles : composition, contrastes, formes, travail de matière. Les thèmes abordés sont alors choisis volontairement afin d’y répondre de façon approprié. Le style se raccorde à sa sensibilité profonde, celui d’une modernité faisant de nombreux clins d’œil à l’art de la renaissance, privilégiant le clair-obscur et le dessin.

En 2013, sa rencontre avec un nouveau mentor, le peintre Christophe Giral, provoqua une confrontation avec la question primordiale du peintre : celle de la couleur, et donc de la lumière. Reprenant une théorie de la couleur totalement nouvelle mise en place par Monsieur Giral, Christophe Corbier chercha progressivement à l’intégrer à son travail. S’ensuivit plusieurs années d’expérimentations longues et difficiles, qui débouchèrent sur un style nouveau, se proposant de faire la synthèse entre le clair-obscur de la renaissance, et le «néo-impressionnisme» initié par Christophe Giral.

En 2017 et 2018, Christophe Corbier entreprit donc d’initier des séries d’expositions à travers la France, afin de présenter ce nouveau travail.